Des ateliers vidéos au sein du collège Louise Michel pour aborder le thème de l'égalité filles garçons

Le 4 décembre 2020, un travail a été engagé avec les élèves du collège Louise Michel et la politique de la ville ainsi que le CIDFF (Centre d'information des droits des femmes et de la famille) autour du harcèlement et de l'égalité filles garçons.

L'objectif de ce projet est de développer l'esprit critique des élèves sur un sujet de plus en plus inhérent à notre société en utilisant des supports et un dispositif qui font écho à la jeune génération.

Grâce à l'investissement des équipes éducatives et de la mise en place d'un partenariat solide, les élèves du collège Louise Michel de Marseille ont exprimé leur pensée, leur vision du harcèlement, lors d’échanges enrichissants autour du thème égalité filles garçons. Un travail d’écriture retranscrit dans de courtes capsules vidéos.

L’ensemble des divisions de 5ème ainsi que les 6ème et 5ème  SEGPA du collège se sont engagées dans ce projet avec comme fil rouge : le harcèlement.

C'est donc au total 9 classes du collège qui ont participé à ces ateliers vidéos tels de véritables acteurs d'une plateforme qu'il leur est si familière pour éclairer leurs visions de futurs citoyens. Accompagnés par l'humoriste et réalisatrice Esta Wester les élèves ont pu exercer leur talent d'orateur devant la caméra.

Les retours d’expériences ont été très positifs, les différents partenaires ont pu dès la fin de semaine se rendre compte que la parole s’en est trouvée grandement libérée.

En effet, les échanges notamment avec les élèves de la 6ème Segpa autour de l’action menée par l’artiste ont suscité une vive participation ainsi qu’une mise en lumière de comportements inadaptés dont ils font malheureusement l’objet.

Cette intervention leur a donné la possibilité et l’envie de se faire entendre grâce à un dispositif original et ainsi véhiculer un message de tolérance à l’égard de chacun.

Ce cheminement se verra enrichi avec des débats qui seront menés grâce aux capsules vidéos et des juristes du CIDFF durant les premiers mois de l’année 2021.