WebAnalytics

 

Réussite éducative pour tous

Partager cette page

L'éducation prioritaire

La politique mise en œuvre au travers de l’éducation prioritaire vise à corriger l’impact néfaste des inégalités sociales et économiques sur la destinée scolaire. Il s’agit ainsi de renforcer l’action pédagogique et éducative dans les écoles et établissements des territoires qui rencontrent les plus grandes difficultés sociales.


Les principes de la refondation de l'éducation prioritaire

 

La nouvelle politique de l'éducation prioritaire repose sur des principes clairement affichés.

  • Une refondation pédagogique

La refondation de l'éducation prioritaire est avant tout pédagogique. Les réussites observées montrent que c'est principalement dans le quotidien des pratiques pédagogiques et éducatives que se joue la réussite scolaire des élèves issus des milieux défavorisés. Une approche systémique inscrite dans la continuité des parcours est essentielle. C'est l'esprit du référentiel de l'éducation prioritaire qui offre aux personnels des repères solides, fiables et organisés, issus de l'expertise des personnels du « terrain », de l'analyse de l'inspection générale et des travaux de recherche. Les projets des réseaux doivent se fonder sur ce référentiel qui est à la disposition de tous.

 

  • Les dispositifs REP et les REP+

L'exigence de justice est au cœur de la refondation de l'éducation prioritaire. Son périmètre a été actualisé afin d'être davantage cohérent avec la difficulté sociale dans les territoires. Depuis la rentrée 2015, les dispositifs REP+ et REP ont été mis en place.
Les REP+ concernent les quartiers ou les secteurs isolés qui connaissent les plus grandes concentrations de difficultés sociales dont on sait l’incidence forte sur la réussite scolaire. Les REP regroupent les collèges et les écoles rencontrant des difficultés sociales plus importantes que celles des collèges et écoles situés hors éducation prioritaire.

 

  • Le travail en équipe, la réflexion et la formation renforcés

Les pratiques professionnelles doivent se réfléchir et se construire collectivement pour mieux répondre aux besoins des élèves et des personnels. En ce sens, la refondation soutient fortement le travail en équipe, la réflexion et la formation organisées au sein des réseaux. Dans les REP+, les obligations règlementaires de service des enseignants des premier et second degrés ont été modifiées afin de tenir compte du temps à consacrer au travail en équipe. Ce temps est nécessaire à l'organisation de la prise en charge des besoins particuliers des élèves visés, la préparation des actions mises en œuvre ainsi qu'aux relations avec les parents d'élèves.

 

Un ensemble de 14 mesures-clés qui bénéficient prioritairement aux écoles et établissements accueillant les élèves les plus défavorisés

La refondation s'appuie sur un ensemble de 14 mesures-clés définies autour de trois axes :

  • Axe 1 : Des élèves accompagnés dans leurs apprentissages et dans la construction de leur parcours scolaire
  • Axe 2 - Des équipes éducatives formées, stables et soutenues
  • Axe 3 - Un cadre propice aux apprentissages

Consulter la liste des 14 mesures-clés sur le site education.gouv.fr

 

 

    Déploiement des mesures de la refonte de l’éducation prioritaire

     

    Najat Valaud Belkacem, ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a annoncé le 23 septembre 2014 la répartition académique des 350 Rep+ et des 732 Rep pour la rentrée scolaire 2015, construite sur la base de critères objectifs pour que l’éducation prioritaire soit organisée sur un périmètre en cohérence avec la difficulté sociale et scolaire dans les territoires.

     

    Les mesures REP et REP+ ont été éployées sur l’ensemble de l’éducation prioritaire à la rentrée 2015.

     

     

    La nouvelle carte de l’éducation prioritaire

     

    Pour rendre l'éducation prioritaire plus juste, il convient, d'une part, de réviser régulièrement sa géographie pour mieux l'adapter aux situations sociales des écoles et collèges et, d'autre part, de l'appuyer sur une meilleure différenciation de l'allocation des moyens, qui tienne davantage compte des différences de situations sociales entre écoles et établissements sur l'ensemble du système éducatif.

     

    Pour les écoles et établissements hors éducation prioritaire, l'allocation progressive des moyens s'applique en fonction de la difficulté sociale et permet de mieux différencier les réponses pédagogiques selon les difficultés rencontrées. Ainsi un établissement ou une école qui accueille une population partiellement défavorisée doit être proportionnellement mieux doté qu'un établissement ou une école qui accueille une population presque exclusivement favorisée.

     

     

     

    Les critères d'élaboration de la nouvelle carte

    La répartition des réseaux d’éducation prioritaire entre les académies a été construite sur la base de critères objectifs pour que l’éducation prioritaire soit fondée sur un périmètre cohérent avec la difficulté sociale et scolaire.

     

    C’est l’indice social créé par la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) qui est utilisé.

     

    Il est calculé sur la base de 4 paramètres de difficulté sociale dont on sait qu’ils impactent la réussite scolaire :

    • taux de professions et catégories socioprofessionnelles défavorisées,
    • taux de boursiers,
    • taux d’élèves résidant en zone urbaine sensible,
    • taux d’élèves en retard à l’entrée en 6e.

     

    Cet indice social permet de situer l’ensemble des collèges sur une échelle de difficulté sociale.

    La répartition académique de la nouvelle éducation prioritaire est ainsi conforme et proportionnée aux difficultés socio-économiques de chaque académie. Elle a permis de renforcer davantage les moyens alloués aux réseaux les plus difficiles, sans fragiliser les autres. Cette nouvelle carte promeut ainsi un juste équilibre entre les territoires.

     

     

    L'éducation prioritaire dans l'académie d'Aix-Marseille

     

    Les assises de l’éducation prioritaire, qui se sont tenues dans toute la France en novembre et décembre 2013, ont été le point d’orgue de la consultation déconcentrée des acteurs de terrain travaillant dans les réseaux et établissements de l’éducation prioritaire.

    Les assises interacadémiques (Aix-Marseille, Nice et Corse) se sont tenues à Marseille le 4 décembre 2013. Ces concertations ont permis de faire émerger des orientations pour faire évoluer la politique de l’éducation prioritaire qui vise à réduire l’effet des inégalités sociales et territoriales sur les résultats scolaires et à favoriser la réussite de tous les élèves.

     

    La répartition des réseaux par académie est arrêtée au niveau national. Le 23 septembre 2014, Najat Vallaud-Belkacem, ministre chargée de l'Éducation nationale, a annoncé la répartition académique des 350 Rep+ et des 732 Rep pour la rentrée 2015 : l’académie d’Aix-Marseille comptera 33 Rep+ et 29 Rep.

     

    Le travail développé en 2014-2015 dans les 10 Rep+ préfigurateurs de l’académie a été mutualisé au service de l’ensemble des établissements de l’éducation prioritaire dés la rentrée 2015.

     

    Liste des établissements scolaires publics inscrits dans le programme REP à la rentrée scolaire 2015 :

    consulter l’arrêté du 30-1-2015 (NOR MENE1500057A) 

     

    Liste des écoles publiques inscrites dans le programme REP à la rentrée scolaire 2015 :

    consulter l’arrêté académique

    consulter la liste des écoles publiques REP

    consulter les modifications apportées à la liste des écoles publiques REP, en vigueur au 1er septembre 2016

     

    Liste des écoles et des établissements scolaires publics inscrits dans le programme REP+ à la rentrée scolaire 2015 :

    consulter l’arrêté du 30-1-2015 (NOR MENE1500059A)

     

     

    Le label académique "éducation accompagnée"

     

    Dans l’esprit de la refondation de l’éducation prioritaire, l’autorité académique a établi un label « éducation accompagnée » qui bénéficie aux écoles et établissements qui n'ont pas été labellisés éducation prioritaire à la rentrée 2015 mais dont les indicateurs sociaux témoignaient de la nécessité de disposer de moyens supplémentaires au droit commun.

     

    Ce label académique « éducation accompagnée » intègre, sur une période de quatre ans, l’allocation progressive des moyens prévue dans la refondation de l’éducation prioritaire. Il permet aux écoles et établissements concernés de bénéficier de tout ou partie des dispositions prévues dans l’éducation prioritaire. Ces moyens permettent de disposer de plusieurs leviers d’ajustement, au nombre desquels : le taux d’encadrement (nombre d’élèves par classe), la scolarisation des moins de 3 ans ou encore le dispositif plus de maîtres de que classes. A cet égard, ce label permet d’apporter une réponse aux établissements sortant de l’éducation prioritaire qui, de cette manière, bénéficient d’un accompagnement et d’un soutien, sans passer sans transition de l’éducation prioritaire au droit commun.

    Télécharger la liste des écoles et établissements

     

    Partager cette page
    • Imprimer
    • Agrandir

    Cartographie des DSDEN de l'académie

    Carte des établissements de France