WebAnalytics

 

Toute l'actualité de la DSDEN05

Partager cette page

Comment s'inscrire dans les groupes de travail ?

Envoyer un courriel à :

"Le numérique" : ce.ien.a-ais@ac-aix-marseille.fr

"Le bien vivre à l’école pour les élèves, les personnels, les parents" : ce.ien.gap2@ac-aix-marseille.fr 

"La Petite Enfance" : isabelle.care@ac-aix-marseille.fr 

"L’école idéale en 2029 - le réseau scolaire" : ce.ien.gap1@ac-aix-marseille.fr

Lancement des assises de l'école en milieu rural : pour une école du futur ambitieuse et innovante dans le département des Hautes-Alpes
Actualités DSDEN05

Cécile Bigot-Dekeyzer, Préfète des Hautes-Alpes et Philippe Maheu, Inspecteur d'académie - Directeur académique des services de l'Éducation nationale des Hautes-Alpes ont lancé les assises de l’école en milieu rural, vendredi 15 juin 2018 à 17h00 à la Direction des services de l'Education nationale des Hautes-Alpes à Gap, en présence des membres du Conseil départemental de l’Éducation nationale (CDEN) et des élus ou de leur représentant. Ces assises s’inscrivent dans la préparation du renouvellement de la convention ruralité 2016-2019. Il appartient à chacun de réfléchir au devenir de l’école dans le département des Hautes-Alpes pour une école de qualité, ambitieuse et innovante. Cette concertation est ouverte à tous. Afin de participer à la rélfexion qui va être menée, inscrivez-vous aux groupes de travail.

 

Le lancement des assises de l’école en milieu rural fait suite au lancement de l’« école du Socle à Serres » qui a eu lieu le mardi 12 juin 2018 à Serres, projet novateur né d’une réflexion commune entre les services de l’État, du Département et de la Mairie de Serres, avec pour ambition de proposer une école accueillant des élèves depuis la maternelle jusqu’au collège, favorisant ainsi l’acquisition des connaissances et des compétences définies dans le socle commun. « Peut-être existera t’il d’autres écoles du Socle à l’issu des assises de l’école en milieu rural. On peut faire des Hautes-Alpes un département d’excellence ».

 

 

La situation actuelle du département des Hautes-Alpes 

Le contexte démographique du département des Hautes-Alpes est marqué par un recul des enfants en âge d’être scolarisé depuis plusieurs années. Cette situation est commune à d’autres départements de la France métropolitaine mais fragilise d’autant le réseau scolaire, tout particulièrement les écoles du département, en raison de leur taille. En effet, 60% d’entre elles ont trois classes ou moins.

 

Le département est dans sa totalité classé en zone rurale et zone de montagne. Cette singularité est également un point important de ce diagnostic partagé.

 

Le ministère de l’Éducation nationale accorde depuis plusieurs années, une priorité à l’école en milieu rural puisque le nombre des postes d’enseignants affectés dans les Hautes-Alpes n’a cessé d’augmenter depuis la rentrée scolaire 2013 (plus de 20 postes créés en 4 ans) malgré la baisse des effectifs d’élèves (moins 600 élèves en 4 ans) pour atteindre, à la rentrée scolaire 2017, le 5ème meilleur taux d’encadrement pédagogique en France.

 

Le 28 novembre 2016, la Ministre de l’Éducation nationale, le Président du Conseil départemental et le Président de l’Association des maires des Hautes-Alpes ont signé la convention ruralité « Pour un schéma triennal d’évolution de l’offre scolaire, dans le département des Hautes-Alpes » qui prévoit, pour une première période de trois ans (2016-2019), le maintien de l’engagement de l’État dans l’affectation des postes d’enseignants. Les collectivités territoriales se sont engagées de leur côté à repenser l’organisation du réseau scolaire dans le département en liaison avec l’inspection académique. Un comité de suivi de la convention a donc été installé afin de mettre en œuvre ces engagements respectifs.

Télécharger la convention ruralité 2016-2019 : « Pour un schéma triennal d’évolution de l’offre scolaire, dans le département des Hautes-Alpes »

 

Monsieur l’Inspecteur d’académie a engagé pendant l’année scolaire 2017-2018, une première consultation auprès des membres élus au Conseil départemental de l’Education Nationale (représentants des personnels enseignants : SNES-FSU, SGEN-CFDT, UNSA-Education, SUD-Education ; associations de parents d’élèves : FCPE, PEEP ; associations agrées UDAF05, PEP05, OCCE05), afin d’échanger sur la situation de l’école dans le département.

A partir du diagnostic partagé notamment en ce qui concerne l’avenir de l’école en milieu rural, Monsieur l’Inspecteur d’académie engage une réflexion large, ouverte et partenariale avec le lancement des assises de l’école en milieu rural de ce jour.

 

Les assises de l'école s’inscrivent donc dans la réflexion ambitieuse et innovante d’offrir les conditions scolaires inscrites dans les objectifs de la convention signée en 2016.

Elles associent les services de l’État, le Conseil départemental, l’association des maires de France, l’association des maires ruraux, les parlementaires du département, les représentants des personnels (État et collectivités), les représentants des parents d’élèves, les associations et les institutions présentes dans le département. En cohérence avec la nouvelle gouvernance installée depuis la rentrée scolaire 2017 par le recteur de l’académie, elles associent également les deux réseaux du département “Porte des Alpes” et “Les Écrins”. Ces deux réseaux unifient les écoles, les collèges, les lycées et les lycées professionnels autour de projets communs qui vont prochainement être présentés aux partenaires de l’Éducation nationale. 

 

Ces assises vont permettre de présenter, à l’ensemble des habitants du département, les actions qui seront mises en œuvre pour promouvoir une école ambitieuse, innovante et porteuse d’excellence dans le département, qui pourraient être les bases de la future convention 2019-2022.

 

La démarche devra être fondée sur un préalable de confiance et d’adhésion à un projet de territoire utile à tous et sur l’engagement des partenaires à réaliser des actions concrètes dans les domaines relevant de leurs compétences respectives.

 

 

Les enjeux des assises de l’école en milieu rural

 

Engager une concertation la plus large possible et la médiatiser à l’échelle du département.

Malgré un contexte démographique défavorable, le service public d’éducation dans le département des Hautes-Alpes doit pouvoir continuer à offrir une qualité d’enseignement qui soit identique aux autres territoires de notre pays.

 

Notre pays a fait le choix d’investir prioritairement dans l’éducation de sa jeunesse. Cette ambition est portée par l’État mais aussi par les collectivités territoriales :

  • Budget de l’Éducation nationale 50,1 milliards d’euros, budget pour la jeunesse et la vie associative 500 millions d’euros ;
  • Budget des collectivités territoriales en 2016 : 35,7 milliard d’euros.

La dispersion géographique des unités d’enseignement (les écoles tout particulièrement, mais aussi les collèges voire certains lycées) ainsi que leur taille moyenne rendent plus difficile l’atteinte de cette ambition.

 

Alors que la première convention arrivera à son terme en 2019, Monsieur l’Inspecteur d’académie souhaite engager une concertation la plus large possible avec l’ensemble des acteurs du département afin de pouvoir co-écrire la prochaine convention 2019-2022. Au-delà de cette échéance, il s’agit également de continuer à faire vivre cette instance pour faire évoluer le réseau scolaire à l’horizon 2029.

 

Il s’agit de ne pas subir une situation imposée par les évolutions démographiques que connaît notre pays (à l’identique de ce que vivent beaucoup de pays comparables) mais de concevoir un véritable projet qui soit ambitieux et innovant. En effet, l’école en milieu rural dispose d’atouts considérables sur lesquels il est possible de prendre appui.

 

 

 Les thèmes de réflexion des assises de l'école en milieu rural

 

Ils sont inspirés de ceux proposés par le sénateur Duran, sénateur du département de l’Ariège, dans un rapport remis au premier ministre au mois de mai 2016. Monsieur Duran est actuellement reconduit dans sa mission d’’accompagnement de l’école en milieu rural par Monsieur Jean Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale.

 Télécharger le rapport à Monsieur le Premier Ministre sur la mise  en oeuvre des conventions ruralité établi par Alain Duran, sénateur de l'Ariège

 

Quatre thèmes se dessinent principalement :

  • La réorganisation du réseau scolaire dans le premier degré ;
  • Le numérique ;
  • La petite enfance ;
  • Le bien vivre à l’école pour les élèves, les personnels, les parents.

 

Chaque thème sera exploré, discuté en groupe de travail à partir d’un diagnostic partagé afin de produire des conclusions lors des assises du mois de janvier-février 2019.

 

Les objectifs des groupes de travail :

  • L’ensemble de la démarche visera à répondre à la question :
    Quels parcours de formation et d’insertion voulons-nous pour chaque élève, pour quels citoyens, en vue de répondre aux enjeux liés à la qualité de vie dans les Hautes-Alpes, au bien-être des populations et au développement du territoire ?
  • Les réponses devront être proposées à partir :
  • d’un diagnostic sur l’éducation et ses enjeux dans le département, appuyé sur des chiffres mais aussi sur la perception qu’en a la société, faisant apparaître les forces et faiblesses de nos fonctionnements ;
  • de la consultation des personnels de l’Éducation nationale et de leurs représentants, des élèves, des familles, des élus et services des collectivités locales et territoriales, des associations... ;
  • de l’examen distancié des manières de faire dans d’autres départements, d’autres territoires, agglomérations ou villes ;
  • de groupes de travail et rencontres à différentes échelles et dans les différents territoires du département, favorisant les approches spécifiques et croisées.

 

De septembre à décembre 2018, les pilotes des groupes de travail vont inviter les personnes qui se seront inscrites dans leur groupe à réfléchir ensemble sur la construction de l’école de 2029, et ce, au minimum une fois par mois.  Des pistes de réflexion ont déjà été anticipées et ont été énoncées ci-dessous.

 

 

Présentation des groupes de travail

Ces assises sont l’occasion pour tous, de s’exprimer sur le sujet de l’école rurale pour les prochaines années dans le département. Les travaux vont s’organiser autour de 4 thèmes pilotés chacun par un inspecteur de circonscription.

 

 

L’école idéale en 2029 : le réseau scolaire

Piloté par Monsieur Laurent Peter, Inspecteur de l'Education nationale de la circonscription Gap 1, Monsieur Patrick Michel, Inspecteur de l'Education nationale de la circonscription de Briançon et par Monsieur Bernard Esmieu (CPD).

Inscription par courriel à : ce.ien.briancon@ac-aix-marseille.fr 

 

Objectif : définir les grands principes d’une école rurale attractive et performante pour le département à l’horizon 2029

La réflexion s’appuiera sur les bassins de vie - la focale retenue par l’Éducation Nationale étant celle du secteur de collège.

La mobilisation des énergies et compétences des élus locaux, des représentants d’organismes publics et d’associations ou œuvres complémentaires de l’école, des représentants des usagers, des personnels et de l’administration de l’éducation nationale permettra de construire un projet commun, ambitieux et innovant.

 

Les pistes de réflexion possibles :

  • Définir l’école de demain avec les participants mais également à partir du recueil des avis et réflexions du plus grand nombre au moyen d’enquêtes. Il s’agit de conduire un travail prospectif, de manière participative ;
  • Produire des recommandations, qui se situeront dans le cadre de la Charte de la ruralité, pour un réseau scolaire performant en 2029.

 

Du diagnostic aux recommandations, les questions qui pourront être traitées sont :

  • Lire le territoire – éléments de diagnostic - : transports, évolution de la population et de sa répartition, enclavement...
  • Définir et caractériser le parcours des élèves de la maternelle au collège ;
  • Identifier les attentes des élus, des usagers de l’école, des personnels ;
  • Identifier les besoins en termes d’enseignement ;
  • Définir les critères d’une école de l’excellence ;

 

 

Le numérique 

Piloté par Mireille Bellais, Inspectrice de l’Éducation nationale – adjointe à l’IA-DASEN des Hautes-Alpes

Inscription par courriel à : ce.ien.a-ais@ac-aix-marseille.fr 

 

Bilan de l’équipement numérique des écoles des Hautes-Alpes :

Le département des Hautes-Alpes a bénéficié de plusieurs grands plans du numérique impulsés par l’État qui ont permis la sortie de l’isolement numérique :

  • 2009-2012 : Plan ENR – équipement de 52 écoles dans les toutes petites communes ;
  • 2013 à 2015 : Aménagement numérique du territoire piloté le Conseil Général des Hautes-Alpes : avec l’équipement numérique de 24 nouvelles communes.
  • Mai 2015 : Lancement du Plan numérique pour l’éducation à l’issue de la concertation nationale sur le numérique éducatif avec pour objectif de permettre aux enseignants et aux élèves de profiter de toutes les opportunités offertes par le numérique -  2 collèges connectés (collège Fontreyne Gap, collège Saint Bonnet) et 2 collèges Lab (collèges Guillestre et Veynes). 
  • À partir de 2015, la mise en réseau des écoles et de leur collège de secteur et la mise en place des conseils écoles/ collège qui tendent vers une réflexion et des projets communs premier et second degrés, ont entrainé une nécessité de repenser un équipement liant les écoles à leur collège de rattachement : soit 19 écoles sur 14 communes (secteurs de Fontreyne (Gap), Saint Bonnet, Guillestre, Veynes.
  • 2018 : le plan « Écoles numériques innovantes et ruralité » débute à la rentrée scolaire 2018.

 

Les moyens humains mis à disposition des écoles (mission : impulsion et suivi des projets ; petite maintenance ; formation des enseignants) :

  • 4 postes et demi d’enseignants ressources pour l’usage du numérique (ERUN)
  • 1 poste de Conseiller Pédagogique Départemental (CPD)

 

Objectifs de usages du numériques :

  • Sortir de l’isolement : visioconférences LV, rencontres virtuelles autour de projets communs, publications sur les sites d’écoles et établissements, sur les ENT.
  • Participer à l’évolution des programmes : apprentissage du codage (exemple : Thymio).
  • Projets permettant d’acquérir des compétences disciplinaires et numériques : montage audio, vidéo, livres interactifs,...).

 

Le maillage écoles et collège ancre dans la réalité le parcours des élèves dans le cycle de l’école fondamentale. Cette alliance scelle sur un territoire une nouvelle solidarité scolaire symbolisée par la convergence de moyens de plusieurs collectivités vers des entités scolaires désormais associées. Elle donne aux élèves un sentiment d’appropriation de leur parcours scolaire, dont ils perçoivent mieux la continuité.

Ce parcours doit s’appuyer sur un équipement numérique minimum qui permet au rural une égalité des chances avec l’urbain.

 

Les pistes de réflexion possibles :

  • Comment maintenir cet engagement vers une école de qualité et innovante dans la ruralité apte à relever les enjeux du XXième siècle liés au numérique ?
  • Comment maintenir la qualité des équipements numériques dans le temps ?
  • Conformément à la loi Notre de 2013, comment prendre en charge, au niveau des collectivités territoriales, les missions assumées jusqu’à présent par les services déconcentrés du Rectorat (Pôle SI 05) ? Protection des mineurs (Sécurisation des accès internet, authentification, journal des logs...)
  • Comment organiser un accès égal à une connexion internet de qualité sur tout le territoire ?
  • Comment financer le maintien d’un équipement numérique de qualité ?

 

Le bien vivre à l’école pour les élèves, les personnels, les parents 

Piloté par Véronique Brun, Inspectrice de l’Éducation nationale de la circonscription Gap2

Inscription par courriel à : ce.ien.gap2@ac-aix-marseille.fr 

 

Le bien-être à l'école s'inscrit dans un enjeu majeur de politique publique en matière d'éducation qu’il convient de relier au concept plus large de « climat scolaire ».

 

Le climat scolaire

Le climat scolaire s’articule autour de différents niveaux de bien-être individuels mais va bien au-delà. Cette notion de climat scolaire et de bien–être à l’école revêt une dimension collective et notamment celle des relations entre les personnes :

  • Être bien à l’école concerne toute la communauté éducative : élèves, personnels, parents ;
  • C’est la construction du bien-vivre et du bien-être pour les élèves et les personnels ;
  • C’est une approche systémique et non pas individuelle.

 

Il existe un lien indiscutable entre Climat scolaire/ Qualité des apprentissages/ Réussite scolaire et Taux de victimation à l’école (cf. étude américaine d’Astor et Benbenishty (2011)).

Le climat scolaire intervient également sur la qualité de vie au travail des personnels.

 

Cinq dimensions sont à prendre en compte et à développer :

  • Les relations : positives entre tous, participation des parents à la vie de l’école ; la notion de coéducation.
  • L’enseignement et l’apprentissage : participation encouragée, pédagogie différenciée, apprentissage social, émotionnel et éthique.
  • La sécurité : physique, émotionnelle ; règles claires connues de tous, organisation des espaces de l’école (couloirs, cour, sanitaires etc) et de la surveillance ; personnes ressources repérées.
  • L’environnement physique : qualité du bâti ; entretien des locaux.
  • Le sentiment d’appartenance : sentiment d’être relié à une communauté scolaire.

 

Les pistes de réflexion possibles :

  • La lutte contre les violences, le harcèlement et le cyberharcèlement : faire un point statistique, envisager des pistes de prévention, identifier les personnes ressources sur le territoire du fait de l'éloignement géographique ;
  • La justice scolaire (notation, sanctions et punitions, règles) - Pour rappel 30% des élèves se sentent en situation d’injustice, source de décrochage majeur ;
  • La coéducation : il s'agit de renforcer la collaboration avec les familles d'un point de vue pédagogique et organisationnel par l’échange avec les parents et les fédérations de parents, largement associés au projet ; Identifier et savoir coopérer avec les familles dans le sens de relations positives et confiantes ;
  • Le partenariat : lié à l’environnement, le réseau local, les associations, les partenaires hors l’école qui apportent la contribution à tout  projet et concourant à la réussite des élèves ;
    Identifier et collaborer avec les partenaires de l'école sur un territoire (ex Parc des Baronnies, Parc des Écrins, Musée de Gap, USSB, OCCE...)
  • Les pratiques pédagogiques : pédagogie différenciée, participation des élèves, apprentissage social,...
  • La qualité de vie à l’école : réflexion et organisation du temps et de l’espace de l’établissement, la sécurité ; Identifier les facteurs favorisant un climat scolaire serein en lien avec l'organisation du temps de l'enfant (dans et hors-établissement), le bâtiment (qualité du bâti et entretien des locaux), l'environnement proche de l'école, les mesures prises pour la sécurité, place des personnels territoriaux.

 

Dans le département des Hautes-Alpes, des établissements se sont fortement engagés dans cette démarche volontariste. Les effets sont ressentis et on peut alors parler « d’effet établissement ».

Sur le secteur du réseau Gap2, des projets forts se sont articulés autour du climat scolaire : Ecole et collège de Laragne, Lycée Professionnel de Veynes par exemple.

 

La Petite Enfance

Piloté par Isabelle Caré, Inspectrice de l’Éducation nationale - Maternelle

Inscription par courriel à : isabelle.care@ac-aix-marseille.fr 

 

Les services de garde et d’éducation à la petite enfance

Les services de garde et d’éducation à la petite enfance jouent un rôle important dans le développement des enfants et dans leur réussite scolaire. De plus, ils fournissent une aide précieuse aux familles avec de jeunes enfants (territoire plus attractif).

Il est donc d'autant plus important de bien comprendre l’impact de ces services afin d’en assurer l’accessibilité et la qualité sur l’ensemble du département.

 Dans ce contexte, le développement des modes d’accueil de la petite enfance est une des priorités de la politique familiale et l’accueil et la scolarisation des enfants à l‘école maternelle est une des priorités de la loi de Refondation pour l’école.

 

Les pistes de réflexion possibles

Deux temps sont à distinguer et méritent une réflexion partenariale :

Comment penser l’articulation structure Petite Enfance et scolarisation des enfants de moins de 3 ans dans les zones rurales pour répondre aux besoins des populations dans les petites communes et rendre les territoires plus attractifs pour les familles ?.
  • Croiser les données CAF, PMI, Mairies, École pour repérer les différentes offres d’accueil et identifier les territoires sans offre d’accueil de 0 à 3 ans.
  • Réfléchir sur le déploiement des offres d’accueil de manière concertée et partagée.
  • Renforcer le partenariat entre l’école et les structures Petite Enfance, par des comités de pilotage locaux et/ou par des temps de formation mutualisés pour l’ensemble des personnels.
Comment proposer une école maternelle (3 à 6 ans) de qualité sur tout le territoire Alpin pour favoriser une meilleure égalité des chances, d’épanouissement et de réussite ?

Le Président Macron a annoncé lors des assises de l’école maternelle 2018 que l’instruction obligatoire commencera à 3 ans à la rentrée 2019.  Pour l’année scolaire 2017-2018, le taux de scolarisation est de 97, 4%.

Les pistes de réflexion possibles sont :

  • La structure : taux d’encadrement, taille du groupe, formation des personnels (PE et ATSEM), les connaissances sur les jeunes enfants, adéquation des locaux (salle de classe aménagée avec différents espaces, dortoir, salle de motricité, cantine ...) et des rythmes en lien avec les besoins des enfants et les contraintes du transport, l’accueil des enfants en situation de handicap ...
  • Le fonctionnement : actions passerelles entre les structures et l'école pour faire que la première rentrée scolaire soit une réussite, des pratiques pédagogiques adaptées (l’activité physique, le jeu, les interactions langagières ; l’ouverture culturelle...), la collaboration PE/ATSEM pour créer une sécurité affective, l’accueil et l’implication des parents...

 

Le financement des projets 

Une réflexion sera menée prochainement avec les associations AMF05 sur la pertinence de la mise en place d’un groupe de travail « Financement des projets » ou sur la présence des élus dans chacun des groupes de travail, afin d’étudier le financement possible des solutions proposées.

Monsieur l’Inspecteur d’académie a exprimé le souhait de présenter les assises de l’école en milieu rural, aux maires du département, lors du Congrès annuel des maires.

 

 

 Le calendrier des assises de l’école en milieu rural

Les inscriptions aux groupes thématiques de travail pourront se poursuivre jusqu’en septembre en adressant un courriel à chaque pilote de groupe. Chaque groupe pourra se réunir autant de fois qu’il le souhaite avec une fréquence minimum d'une fois par mois.

 Les premiers retours des différents groupes sont attendus pour la fin du mois d’octobre, la synthèse des assises se tiendra fin janvier 2019.

 

Objectifs

Échéances

Rédaction concertée d’un document de référence fournissant les éléments de problématique (diagnostic), des exemples de pratiques et des pistes envisagées

Septembre-octobre 2018

Présentation des groupes de travail et de la démarche lors du CDEN de rentrée scolaire

Fin Septembre 2018

Envisager des hypothèses d’évolution qui seront soumises à validation du comité de suivi

Novembre-Décembre 2018

Élaborer des propositions qui seront présentées lors des assises du mois de janvier 2019 et qui constitueront la “feuille de route” pour la période 2019-2022 

 Proposer également des axes d’évolution, dans le cadre d’une carte cible à l’horizon 2029

Janvier –février 2019 – Assises

 

Le Conseil départemental des Hautes-Alpes a affirmé sa volonté de s'engager dans les travaux de réflexion.

Madame la députée des Hautes-Alpes a félicité Monsieur l’Inspecteur d’académie pour le travail qu’il conduit. Elle a souligné le travail à accomplir pour favoriser le développement économique du département qui sera nécessaire pour inverser l’évolution démographique.

Madame la Préfète a souhaité que ne soit pas perdu de vu l’objectif de ses assises : le renouvellement de la convention ruralité. Tous les sujets ne pourront pas être traités en même temps. Il faudra mettre en place des priorités.

Ces assises ont pour vocation à vivre année après année et l’ambition de tous et notamment des enseignants à faire vivre une école de qualité dans le département permettra l'aboutissement de ces assises.

 

 

 

Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir

Cartographie des DSDEN de l'académie

Carte des établissements de France