WebAnalytics

 

Actualités 2013-2014

Partager cette page

Café des métiers au lycée des Iscles (Manosque)
Actualités DSDEN04

Le 7 février 2014, dans le cadre du Café des métiers, la physicienne Annie-Laure Pecquet, CEA à Cadarache, a donné une conférence au lycée des Iscles intitulée « La fusion nucléaire et les métiers d’avenir ».

Le Café des métiers consiste en une série de rencontres organisées au sein de l’établissement.

 

La conférencière a immédiatement indiqué que « la physique est une école de la patience ». Elle a ensuite énuméré les différentes sources d’énergies aujourd’hui disponibles, les besoins énergétiques croissants qui en limitent la production ou la distribution, et leurs impacts sur l’environnement (l’hydraulique, le thermique, l’éolien, le solaire et le nucléaire). Il a ainsi été question de l’impact des énergies fissiles sur le réchauffement climatique et des risques liés à la fission ou la fragmentation de l’atome. La catastrophe de Fukushima, due à la conjugaison du tremblement de terre et de la submersion marine, est venue illustrer un propos didactique, facile à suivre et dont l’un des fils conducteurs portait en filigrane sur la recherche de l’indépendance énergétique de la France dans un monde en compétition.

 

Centrant son propos sur la fusion, la physicienne a expliqué le fonctionnement du réacteur Tore Supra, sur lequel elle travaille à Cadarache. Elle a soutenu que ce supraconducteur est une technologie d’avenir tant du point de vue des procédures de fabrication d’une énergie du futur que sur le mode collaboratif et transparent dans lequel différentes équipes de chercheurs internationaux travaillent. La fusion thermonucléaire a-t-elle précisé, s’articule autour des plasmas considérés comme le quatrième état de la matière ; ils s’obtiennent en portant un gaz à très haute température. Si pour des raisons techniques la fusion nucléaire n’est pas encore développée à une échelle industrielle, Annie-Laure Pecquet a souligné les progrès en cours et les succès enregistrés à Cadarache dans l’installation Tore Supra où a été réalisé un « petit soleil » pendant une durée de 6mn et 30 secondes. Ceci constitue un record mondial.

 

La conférencière a parlé de la place des femmes dans le monde du travail et de comportements machistes qui existent, y compris parmi les équipes de chercheurs de haut niveau. « Une femme, a-t-elle dit, doit toujours démontrer et redémontrer la pertinence et la fiabilité de ses travaux. Quand elle les présente, on les accueille avec beaucoup plus de scepticisme, de réserves voire de cynisme que lorsqu’il s’agit d’un homme ».

 

Evoquant enfin les métiers dans le secteur du nucléaire, la physicienne a rappelé qu’elle a été recrutée au CEA après un « job d’été ». Plusieurs niveaux de formation et de corps de métier cohabitent au CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) et plus précisément dans le secteur de la fusion : l’informatique, la robotique, les matériaux, la simulation numérique, la cryogénie, et bien sûr, la physique des plasmas !

 

Annie-Laure Pecquet a conquis son auditoire et certainement suscité des vocations en ôtant le voile sur les mystères et les espoirs qui entourent la fusion nucléaire.

 

Prochain rendez-vous du café des métiers au lycée des Iscles : le 27 mars 2014, le physicien Jean-Marc Ané fera une conférence sur le stockage de l’énergie et le développement durable.

Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir

Cartographie des DSDEN de l'académie

Carte des établissements de France